Symptômes de l’épilepsie

Le grand public connait cette maladie pour avoir parfois été témoin de ces grosses crises convulsives, oh combien impressionnantes.
Pourtant cette maladie neurologique peut se manifester sous bien des formes différentes et poser la difficile question du diagnostic.
Ainsi, certaines crises d’épilepsie peuvent présenter des symptômes imperceptibles aux yeux de l’entourage ou être associés à d’autres maladies. Les crises uniquement subjectives et les pertes de conscience sans convulsions spectaculaires ne sont pas toujours repérées par les proches.

Les deux grandes catégories d’épilepsie

On distinguera deux grandes catégories de crises d’épilepsie Les crise partielles (ou focales) qui ne concernent qu’une partie du cerveau et les crises généralisées qui touchent tout le cerveau et provoquent une perte de conscience.
Des sous groupes existent dans ces deux types de crises : les crises partielles « simples » durant lesquelles le patient subit des mouvements ou des sensations bizarres mais qui ne l’arrêtent pas dans ses activités. Il semble que les crises d’épilepsie partielle simple se présentent différemment d’une personne à une autre, selon le foyer de la crise (la zone touchée dans le cerveau) et les crises partielles « complexes » durant lesquelles le patient perd connaissance immédiatement ou juste après les premiers symptômes, ne se souvient pas de la crise et est souvent confus après celle-ci.
Des symptômes précurseurs de la crise complexe, tels que nausée ou sentiment de peur peuvent annoncer la crise, ils sont appelés AURA.
Durant la crise, la personne a souvent le regard fixe et les yeux grands ouverts. Des mouvements de la bouche ou des essais d’attraper des choses du bout des doigts dans l’air ou sur les vêtements ainsi que la répétition de mots ou de phrases, des cris ou hurlements, ou encore une grande agitation durant le sommeil sont également des symptômes courants de la crise.